Mon savoir-faire

Au cours de mes longs séjours et de mes différentes missions, j’ai pu développer une connaissance fine des représentations et des structures mentales dominantes au sein des différentes communautés composant les sociétés arabophones. En tant que femme et grâce à ma pratique courante des différents dialectes locaux, j’ai toujours vécu en immersion totale au sein des populations. Vivre chez l’habitant en partageant l’intimité de femmes, d’hommes et d’enfants, et notamment en Syrie pendant plusieurs années, m’a aidé à appréhender au mieux les spécificités communes de ces sociétés méditerranéennes de type patriarcale (us et coutumes, traditions, tabous, etc.). Cela m’a également permis de réaliser l’importance du poids des différentes appartenances identitaires (régionales, ethniques, nationales, confessionnelles, sociales, etc.) dans les processus de construction identitaire nationales. En effet, en fonction des circonstances, ces multiples appartenances peuvent tour à tour s’enchevêtrer, se compléter ou s’exclure.

Depuis que j’ai créé mon cabinet, j’ai souvent été démarchée par des collègues désemparés face à certains comportements ou discours de patients originaires de ces sociétés arabophones. 

En effet, il n’est pas toujours évident de faire la différence entre ce qui relève d’une part de conflits internes, traumatismes propres à l’individu et d’autre part, de son environnement familial/clanique/sociétal/confessionnel, etc. Que ce soit dans le cadre d’un suivi psychologique, d’une aide juridique ou administrative (aide aux réfugiés, demandeurs d’asile, harcèlement moral, etc.), la communication et l’instauration d’un lien de confiance peuvent parfois s’avérer bien compliquées. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’enfants, de femmes ou d’hommes qui, pour nombre d’entre eux, subissent au quotidien une violence protéiforme, plus ou moins pernicieuse et visible et ce, indépendamment de leurs âges, appartenances communautaires ou géographiques :

  • guerre de type “classique” ou de contre-insurrection, guerre civile, occupation par des forces étrangères (explosions, bombardements, fusillades, expulsion de masse, entraves à la liberté de circuler, emprisonnements, couvre-feux, espionnage, privation).
  • violence étatique (autoritarisme, arrestations arbitraires, emprisonnements, tortures, surveillance, etc.),
  • pressions sociales (rejet de la différence sous toutes ses formes, tabous relatifs au viol, à l’inceste, à l’homosexualité et au handicap, pressions sociales, virulence du système patriarcal à l’égard des individus et notamment des femmes -indépendamment des appartenances confessionnelles-, etc.)
  • pressions au sein de la cellule familiale (patriarcalisme, enjeu de la place et du rôle de la femme, rapports parents-enfants, maltraitances physiques et psychologiques, etc.). 

Mon expertise géopolitique

  • approche multiscalaire et pluridimensionnelle
  • cartographie des enjeux et des dynamiques en présence
  • identification et analyse des perceptions/discours/ressentis des différents types de populations et acteurs
  • identification/analyse des différentes stratégies d’influence en présence (propagande/désinformation/déception)
  • mise en perspective/contextualisation/portée et anticipation des contrecoups, des dynamiques et des discours identifiés
  • Big Data/open sources

Mes champs de compétence

  • MENA (Syrie, Liban, Jordanie, Irak, Territoires palestiniens occupés, Tunisie, etc.)
  • Genre (enjeux géopolitiques de la place et du rôle des femmes dans les sociétés patriarcales méditerranéennes)
  • Minorités et Communautarismes (ethniques, confessionnels, régionaux, etc.)
  • Gouvernance
  • Cyber
  • Migrations/Exil/Réfugiés
  • Dialectes orientaux